27/01/2008

Intégration Bruxelles-Brabant

 

État Belgique : Propositions pour des solutions « régionales » à longs termes : 

 

Avec sa proposition d´intégrer le Brabant flamand et wallon à la Région bruxelloise, le président de VIVANT, Roland Duchâtelet, a fait preuve de courage politique.  Peu de jours après avoir repris le mandat de Guy Verhofstadt (VLD) en tant que sénateur, il sort de l´ombre du partenaire de cartel flamand VLD grâce à cette solution.   Tous les responsables politiques flamands étaient directement contre la proposition, sans même avoir analysé les éventuelles conséquences positives pour l´avenir de la Belgique et de sa population.  Pourtant, cette proposition aurait pour tous les concernés de grands avantages économiques et sociaux.  Aujourd´hui chaque décision doit être approuvée par les 19 municipalités de la périphérie bruxelloise, par les Gouvernements de la Communauté flamande et française, la Région wallonne et le Gouvernement fédéral, avec tous les frais et retards que cela occasionne.   La solution proposée par Roland Duchâtelet permettrait de ne maintenir qu´une seule administration centrale pour la Région urbaine bruxelloise, ce qui résoudrait les nombreux problèmes de décrêts dans les secteurs de l´aménagement du territoire, de la mobilité et de la sécurité, mais également d´un point de vue administratif et financier.   Le problème des langues serait résolu, car le Brabant compte autant de flamands que de wallons et les langues officielles de cette nouvelle Région urbaine seraient alors le flamand, le français, l´allemand et, en tant que capitale européenne, l´anglais.   Le problème Bruxelles-Halle-Vilvoorde serait lui aussi automatiquement solutionné puisque aucune circonscription électorale n´aura plus à être délimitée.  Les réflexions et les solutions proposées par Roland Duchâtelet et par VIVANT sont basées sur l´avenir.  Malheureusement, la plupart des décisions politiques n´ont actuellement qu´un intérêt à court terme - des objectifs prévoyants et à long terme ne sont même pas examinés.  Si les propositions socio-économiques de VIVANT avaient pu être mises en application il y a 10 ans, la Belgique se situerait sur une place de pointe européenne et pas comme maintenant dans le dernier tiers.  Avec le revenu de base existentiel et inconditionnel, le pouvoir d´achat des citoyens serait resté intact.   Si le parti socialiste voulait effectivement être la conscience sociale de notre société comme il le revendique (voir l´article du GE du 15.1.08), alors il devrait  s´engager à ce que l´endettement automatique et exponentiel de la société belge prenne immédiatement une fin : c´est uniquement ainsi que nous pourrons retrouver une justice sociale et offrir à la prochaine génération un environnement sain.   

(Joseph Meyer)


Pour la fraction VIVANT au Parlement de la Région Germanophone

texte de VIVANT-Ostbelgienpublié dans le  Grenz-Echo (17.01.2008)

 

http://www.vivant-ostbelgien.org/

http://xianhenri.be/politik/bandeauaccueil.html

 

07:37 Écrit par Henri dans Politique | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.